Florian VIVREL

Urgentiste

Je suis médecin urgentiste et le dis au nom de la profession: nous ne pouvons plus faire face.
“Je ne soigne plus les patients, je les gère. Tout cela flanqué de patients agressifs voire insultants – d’emblée ou après plusieurs heures d’attente, ce qui peut aisément se comprendre – ainsi qu’un manque de lits pour les hospitaliser”
L’essentiel est dit

Rencontres