auditorium 300, 12 Nov 2022 16:30-18:00

L’été 2022 a tardivement éveillé des consciences sur les conséquences du réchauffement climatique et plus généralement sur les atteintes à l’environnement.
Il aura fallu plus de 30 ans après le premier rapport d’évaluation du GIEC. Pourtant l’alerte avait largement été publiée…
Aujourd’hui, si les discours politiques n’osent plus franchement remettre en cause le réchauffement et ses effets catastrophiques, il n’en reste pas moins que dans les faits les atteintes à l’environnement se poursuivent que ce soit avec l’utilisation revendiquée de jet pour ne pas prendre le TGV ou l’absence de mesures pour une isolation massive des bâtiments, ou encore le maintien de l’éclairage la nuit …
Mais malgré les appels à la sobriété, terme sur lequel il faudra aussi interroger le signifiant politique, on constate que les mesures ne sont pas à la hauteur de l’enjeu de santé publique. L’alerte suffit-elle à ce que des mesures efficaces soient prises ? Quelle est la responsabilité des représentants politiques ? Peut-on se contenter d’alerter ou faut-il résister ?
L’an dernier nous proposions une rencontre avec Marie-Monique Robin et Camille Étienne avec pour titre “Climat : Le mur on s’en approche ou on est dedans ?” La réponse est une évidence.
Nos intervenantes sont toutes engagées pour l’environnement et le climat et nul besoin ici d’utiliser l’écriture inclusive, nous recevons quatre femmes engagées !